logo snec snepl cftc

Ensemble Voyons Loin

Le Snec-CFTC et le Snepl-CFTC appellent à la grève les maîtres de l’enseignement privé sous contrat le mardi 10 octobre 2017.

En savoir +

Mobilisons-nous pour défendre notre pouvoir d’achat et lutter contre la précarité !

 

La CFTC Enseignement privé (Snec-CFTC et Snepl-CFTC) a décidé d’appeler à la grève, le mardi 10 octobre 2017, les maîtres de l’enseignement privé sous contrat.

Cet appel est justifié par des motifs spécifiques à la fonction publique de l’État impactant les maîtres de l’enseignement privé sous contrat mais aussi par la situation spécifique de ceux-ci.

La perte moyenne de pouvoir d’achat des maîtres serait de 1320€ par an. Cette moyenne prend en compte :

  • L’effet de la hausse de la CSG de 1,7 point sans compensation : 1,7 % de 2767 €/mois (salaire brut moyen selon le bilan social du ministère) soit 47 €/mois.
  • L’effet du nouveau gel de la valeur du point de la fonction publique si 1,4 % d’inflation : 30 €/mois.
  • L’effet de la réintroduction du jour de carence sachant que 33,9 % des maîtres sont arrêtés au moins une journée dans l’année (bilan social du ministère) : 6 €/mois.
  • L’effet du coup de rabot sur le régime additionnel de retraite (2013) : perte de 25 €/mois pour un début de carrière en 1999 (âge moyen des maîtres de 43 ans selon le bilan social du ministère).
  • Soit un total de 108 €/mois qui doit être revalorisé de 1,2 % (les données du bilan social précédent la revalorisation 2016-2017 de la valeur du point), soit 110 €/mois.

 

Appel à la grève le mardi 10 octobre

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Gel du point d'indice
Le nouveau gel de la valeur du point de la fonction publique poursuivra la tendance à la baisse du pouvoir d’achat.
Jour de carence
La réintroduction du jour de carence, alors que 70 % des salariés français bénéficient d’une convention collective annulant les effets des jours de carence, contribuera à la baisse du pouvoir d’achat de celles et ceux qui n’ont pas la chance de n’être jamais malades. Plutôt que de prendre des mesures visant à limiter les arrêts de complaisance, bien moins fréquents qu’on ne veut le laisser croire, elle contribue ainsi à générer de l’injustice sociale et à stigmatiser une profession dont l’image a été fortement dégradée par la plupart des gouvernements ces 20 dernières années.
Hausse de la CSG
La hausse de la CSG est, faute d’accord et contrairement à l’objectif annoncé, à ce jour non compensée par une baisse équivalente des cotisation salariales. La baisse des salaires nets aura un impact évident sur le pouvoir d’achat.
Report de la progression indiciaire
Avec la menace de report de la progression indiciaire négociée et actée dans le cadre du dispositif PPCR, l’Etat déciderait unilatéralement de ne pas tenir ses engagements. Rappelons que cette progression était la contrepartie d’une insuffisante revalorisation de la valeur du point d’indice (+ 1,2 % depuis juillet 2010 pour 6,3 % d’inflation, soit 4,8 % de perte de pouvoir d’achat). Là aussi, il s’agit de faire diminuer le pouvoir d’achat d’une profession dont l’État s’étonne pourtant de la faible attractivité au regard du nombre de postes non pourvus.
Hausse de la précarité
L’insuffisance du nombre de contrats proposés aux concours pourrait laisser penser que la volonté est de développer le recours à des maîtres précaires, maîtres dont la rémunération est inférieure à celle … d’un smicard précaire de droit privé.

La CFTC Enseignement privé persiste à demander de vraies mesures de déprécarisation et des salaires décents pour les maîtres délégués (voir article du Snec Informations 401)

Autres menaces
Par cet appel à la grève, la CFTC Enseignement privé entend également dénoncer d’autres menaces contribuant à la dégradation des conditions de travail des maîtres :

Pluri-annualisation du temps de travail, alors qu’aucun garde-fou ne vient limiter le temps hebdomadaire réel de travail que l’extension incessante des missions et procédures ne cesse de faire augmenter,

Rôle accru du chef d’établissement dans l’évaluation des maîtres : pour la CFTC Enseignement privé le chef d’établissement ne doit pas évaluer les pratiques pédagogiques disciplinaires car il n’est pas formé pour ce faire. De plus, et si toutefois il est enseignant, il n’est pas un spécialiste des disciplines autres que la sienne (dans le 2nd degré). Cependant, en tant qu’animateur et accompagnateur de ses équipes, le chef d’établissement a toute sa place dans les phases d’évaluation administrative et formative.

billet snec 1320€Opération -12e Mois !

 

Ces reculades et menaces ne sont pas conjoncturelles. Elles sont la poursuite d’un mouvement de fond dépassant la période d’activité des maîtres :

Passage progressif des maîtres du privé d’ARRCO-AGIRC au système de retraite des agents temporaires de l’Etat (Ircantec) depuis le 1er janvier 2017,

Coup de rabot substantiel sur la retraite additionnelle des maîtres de l’enseignement privé (2013). Voir l’article du Snec-Informations 365.

Avec un double-effet : des taux d’indemnisation plus faibles s’applique(ro)nt à des salaires dont la valeur réelle diminue.

Les maîtres du privé sous contrat sont privés de toute possibilité de négocier leur rémunération et leurs conditions de travail avec leur employeur, l’État se contentant de leur appliquer des décisions négociées avec les seuls fonctionnaires.

%

de pouvoir d’achat perdu en moyenne chaque année depuis le début des années 2000.

OPERATION -12e mois

Téléchargez et complétez le billet de banque. Pensez à le signer.

Seul le recto est utile. Il n’est pas indispensable de l’imprimer en couleur.

Après découpage, retournez-le nous pour le 15 octobre au plus tard.

Encouragez vos collègues à accomplir la même démarche…

La CFTC Enseignement privé se chargera de remettre officiellement le pactole à notre employeur !

 

Télécharger le billet de banque

Snec Snepl CFTC

Ensemble Voyons Loin !

Ouvrir des perspectives d’avenir pour nos enfants, nos jeunes et nos adhérents. Inscrire nos exigences dans la durée, ensemble, au loin et au delà des mêlées. Pour que le syndicat puisse participer aux négociations et concertations organisées avec les enseignants du public et continuer à se battre pour la reconnaissance du droit de ces quelque 140 000 salariés de l’Etat à être entendus et à être acteurs des relations sociales.

Nous contacter :

4 + 5 =

Snec-CFTC
128 avenue Jean Jaurès
93697 Pantin Cedex
Tél : 01.73.30.42.42
http://www.snec-cftc.fr

Nous sommes à votre écoute !

Suivez-nous sur Facebook !

Mentions légalesSiège social : 128 avenue Jean Jaurès 93697 Pantin Cedex

Responsable de la publication : Annie TOUDIC

Hébergeur : 1&1

Crédits : WordPress

Informatique et Liberté : Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès aux informations vous concernant.

               

Création du site Internet : Azertix