Logo Snec-CFTC

ENSEMBLE VOYONS LOIN

Pouvoir d’achat des maîtres

La rémunération n’est pas la seule motivation des maîtres. Elle mesure aussi la valeur attribuée à la profession. C’est pourquoi le Snec-CFTC demande une revalorisation significative de la rémunération des maîtres contractuels et délégués

Endiguer la chute du pouvoir d’achat des maîtres est la revendication numéro 1 du Snec-CFTC

Le point de la fonction publique est insuffisamment revalorisé. Les gels successifs de ces dernières années ont un effet catastrophique.

Il y a d’autres facteurs :

  • le report de la progression indiciaire 2018 prévue par le dispositif PPCR,
  • la hausse des charges sociales, de la CSG (sans compensation totale pour les agents de l’Etat),
  • le rétablissement du jour de carence (dont on sait pourtant qu’il n’est pas efficace),
  • les attaques contre le système de retraites.

Le Snec-CFTC estime la perte moyenne de pouvoir d’achat à plus de 1000 € par an pour la seule année 2018

Est-ce un phénomène ancien ?

Le pouvoir d’achat des maîtres ne cesse de baisser depuis une trentaine d’année (de 1 % par an en moyenne). En 2018, les prix ont déjà augmenté de plus de 2 % alors que le salaire net a baissé du fait de la hausse des charges sociales.

Il faudrait augmenter leur salaire de près de 50 % pour atteindre le pouvoir d’achat que l’on pouvait espérer en entrant dans le métier il y a trente ans.

Si l’on compare l’évolution des salaires enseignants à celles du Smic et du salaire moyen, on constate une rétrogradation des maîtres dans l’échelle des salaires. Le déclassement symbolique s’ajoute à la baisse du pouvoir d’achat.

Quelles sont les mesures qui peuvent apporter du pouvoir d’achat rapidement ?

Le Snec-CFTC demande la suppression du jour de carence et que l’État tienne ses engagements en matière de progression indiciaire.

Le Snec-CFTC demande une véritable revalorisation de la rémunération horaire et non des primes ponctuelles ou des variantes du « travailler plus pour gagner plus ».

Ne faut-il pas revaloriser primes et indemnités ?

Les indemnités (jury, frais de déplacement, de restauration et d’hébergement, etc.) et primes (ISOE dans le 2nd degré) doivent évidemment aussi être revalorisées et de nouvelles indemnités peuvent être créées :

  • L’action du Snec-CFTC a déjà permis d’obtenir l’Isae dans le 1er degré.
  • Le Snec-CFTC demande l’attribution d’une indemnité de déplacement aux maîtres du 1er degré dont le service est partagé entre plusieurs établissements.
  • Le Snec-CFTC demande aussi une reconnaissance financière pour l’accueil dans les classes d’enfants à besoins particuliers (PPRE, PPS, PAP…), les cours multiples, les classes chargées (dont l’effectif dépasse le seuil d’ouverture).

Le Snec-CFTC porte aussi des demandes pour la rémunération des maîtres délégués.

Snec-CFTC - Ensemble Voyons Loin

Ensemble Voyons Loin !

Syndicat majeur de l'enseignement privé, le Snec-CFTC vous présente ici ses actions, son projet politique et ses revendications.

Ensemble, ouvrons des perspectives d’avenir pour nos enfants, nos jeunes et nos adhérents. Ensemble, inscrivons nos exigences dans la durée, au loin et au delà des mêlées, et continuons à nous battre pour être acteurs des relations sociales.

NOUS CONTACTER

Vous souhaitez en savoir plus au sujet de notre projet ? Vous avez des questions ? Nous sommes à votre écoute !

10 + 12 =

Snec-CFTC
128 avenue Jean Jaurès
93697 Pantin Cedex
Tél : 01.73.30.42.42
www.snec-cftc.fr

Nous sommes à votre écoute !