Logo Snec-CFTC

ENSEMBLE VOYONS LOIN

Protection sociale des maîtres

Nombreuses sont les mesures et propositions de mesures visant à réaliser des économies budgétaires au détriment des maîtres. Le Snec-CFTC s’y oppose et se bat pour compléter, sans dérive budgétaire, un système qui néglige la souffrance au travail et ses conséquences.

La protection sociale des maîtres est-elle insatisfaisante ?

En effet, les maîtres du privé sont désavantagés par rapport aux salariés de droit privé et par rapport aux enseignants de la fonction publique.

Ainsi, le jour de carence est une mesure injuste puisque 70 % des salariés de droit privés y échappent. De plus, son efficacité est mise en doute de longue date. Son seul intérêt semble être budgétaire.

Concernant l’accès aux soins, les entreprises ont l’obligation de financer pour 50 % la complémentaire santé de leurs salariés. Tel n’est pas le cas pour les salariés de l’Etat.

Enfin, concernant le handicap et la prévention de la souffrance, l’Etat n’est pas soumis à des obligations aussi contraignantes que les entreprises.

Quelles sont vos propositions concrètes en matière de santé ?

Le Snec-CFTC demande :

  • la suppression du jour de carence,
  • le financement d’une complémentaire santé à 50 % par l’Etat,
  • des conditions de travail adaptées et un suivi pour tous les maîtres en situation de handicap,
  • un plan de prévention de la souffrance au travail.

Pourquoi la souffrance au travail est-elle au cœur de vos revendications concernant la santé ?

Les maîtres subissent de plus en plus de pression : travail en interdisciplinarité, multiplication des réunions, des procédures informatiques chronophages (cahier de textes numérique, livret de compétences, etc.), pédagogie différenciée, ingérence des familles, du chef d’établissement, etc. Et ils sont les seuls salariés de France à ne pas bénéficier d’une médecine préventive du travail.

Résultat : le mal-être est de plus en plus fréquent chez les enseignants. Burn out et dépression font des ravages. Et l’Etat est dans le déni : il licencie pour inaptitude aux fonctions d’enseignement sans reconnaître l’origine professionnelle de la pathologie.

Pour le Snec-CFTC, l’État doit avoir une obligation de résultat pour prévenir le risque de burn-out et éviter les situations de harcèlement. Il demande :

  • la mise en place effective d’une médecine préventive du travail pour tous les enseignants ;
  • la mise en place dans toutes les académies des services professionnels de suivi de santé, d’aide et d’écoute prévus par la loi ;
  • la réalisation et la publication d’un baromètre social ;
  • la mise en place d’un dispositif visant à dépister la souffrance au travail ;
  • l’ouverture de possibilités de reconversion ou d’allégement de service tout particulièrement pour les maîtres en souffrance ou en fin de carrière.

Et pour ceux qui sont en fin de carrière ?

Le Snec-CFTC demande des niveaux de pensions identiques à ceux du régime des fonctionnaires dès lors que la carrière est analogue. Cela passe par :

  • le respect des engagements pris en 2005 pour la retraite additionnelle,
  • le maintien de la garantie minimale de points obtenue grâce à l’action de la CFTC.
Snec-CFTC - Ensemble Voyons Loin

Ensemble Voyons Loin !

Syndicat majeur de l'enseignement privé, le Snec-CFTC vous présente ici ses actions, son projet politique et ses revendications.

Ensemble, ouvrons des perspectives d’avenir pour nos enfants, nos jeunes et nos adhérents. Ensemble, inscrivons nos exigences dans la durée, au loin et au delà des mêlées, et continuons à nous battre pour être acteurs des relations sociales.

NOUS CONTACTER

Vous souhaitez en savoir plus au sujet de notre projet ? Vous avez des questions ? Nous sommes à votre écoute !

3 + 10 =

Snec-CFTC
128 avenue Jean Jaurès
93697 Pantin Cedex
Tél : 01.73.30.42.42
www.snec-cftc.fr

Nous sommes à votre écoute !